Argenteuil, centenaire du 11 novembre 1918

C’était sous la pluie, j’ai hésité à venir. Autrefois, les commémorations m’ennuyaient, je les voyais à travers les yeux de Cabu, ce caricaturiste pacifiste qui est mort à la guerre. Aujourd’hui, à travers ces images un peu tremblotantes en raison des bousculades, et parfois embrumées par la pluie, elles ont quelque chose d’une fête de famille ancienne, ils sont tous là, les représentants traditionnels de la république, et même le curé, les élus de la mairie, les opposants, comme pour une réunion ultime d’une France ancienne. Quand j’étais enfant, nous allions parfois rendre visite à tel grand oncle, ancien combattant de 14/18, et il me semblait si vieux, et maintenant, c’est moi qui suis presque vieux. Il y a quelque chose de nostalgique, dans cette manifestation, un mélange de la France nouvelle des enfants, et d’une France du temps de mes parents et grands-parents.

Advertisements

Le centenaire du 11 novembre 1918 à Argenteuil

Voici quelques premiers clichés de la cérémonie du 11 novembre à Argenteuil, que j’ai filmée. Cela ressemble à un reportage du photographe officiel de la mairie, mais je mettrai en ligne, dès que possible, d’autres images de video, pour que chacun puisse garder un souvenir de cette commémoration. Je ne sais pas si le temps donnera de la valeur à ces images, et si un jour quelqu’un y reconnaitre des anciens d’Argenteuil.

Communication non ciblée

Je suis passé devant cette affiche ce matin, et quelque chose d’ineffable, d’insaisissable m’a intrigué. J’ai mis longtemps à comprendre : mais qui a pu penser une telle communication, car les habitants qui bénéficieront d’une baisse n’ont pas voté pour elle, son électorat, le petit nombre d’inscrits qui lui a permis de passer figure plutôt dans les 20 %, de gens des classes moyennes qui ont voté Macron. Elle a obtenu 9 909 voix sur 53 858 inscrits, soit tout à fait les 20% cités par l’affiche, et qui ne bénéficient pas de la baisse.  Est-ce que les communicants y ont pensé, se sont-ils posé la question de la cible de ce message, fallait-il vraiment retourner le couteau dans la plaie ? Comment une ville aussi pauvre qu’Argenteuil va-t-elle pouvoir se financier, après cette baisse imposée de ses recettes et une encore moindre participation de ses habitants au financement de leur commune. Certaines communication posent question, si elles sont indifférentes aux gens hors cible, et rappellent leur situation de seuls contributeurs aux gens compris dans la cible ? Dpi26KgWwAAiWKO.jpg large

Ce qui reste d’autolib

    dav

Un Hubert Robert moderne pourrait-il peindre certaines ruines modernes, envahies par des herbes symboliques, en suggérant ce qu’elles furent
Ce fut presque un service public, sauf que les bénéfices devaient aller au public mais dont on réalise que les pertes vont retourner au public. Son promoteur a été tres discret sur son action antérieure en Afrique, où il avait acquis de grands ports, dans unr visée stratégique, mais s’était tourné vers l’Etat africain lorsqu’il s’était agi de les desenvaser. Était-ce le schéma type dune manière d’opérer ?
Il y a de quoi être inquiet à l’heure où les villes lancent des partenariats public-privé dont on se demande ce qu’il adviendra en cas de difficulté. Dans un premier temps, le privé “apporte” des fonds qu’il emprunte, ce que la collectivité pourrait aussi faire, mais qui paie en cas de faillite ?
Au debut des annees 80, on dénonçait ce type de dispositif, fort de l’expérience des 20 annees précédentes avec le gaullisme immobilier. Comment expliquer ce retour en grâce de l’économie mixte, sinon par une perte de mémoire.

Les lettres d’un homme mort

Pour les journées du patrimoine, Argenteuil a invité la troupe de théâtre Quesapelorio, pour une évocation de la vie d’un soldat de la première guerre mondiale, autour de ses lettres.

Les lettres, un siècle après, nous parlent encore. Le Forestier en avait fait une chanson aussi, ici interprétée par un artiste du web.