Le jardin d’Héloïse

On peut prendre des photos de ce jardin en toutes saisons, il est toujours changeant, toujours renouvelé, même s’il n’est pas immense, comme ce jardin d’une nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe, dans lequel on se perdait, et qui devenait immense une fois que l’on y pénétrait.

Grand changement de programme

Je suis passé place Georges Braque, je me souviens que Doucet, l’ancien maire, devait en faire une belle place, il semble qu’il y a eu un changement de paradigme, Mothron, le nouveau maire, en a fait une autoroute, on est passé du culte du piéton à celui de l’automobile.

Argenteuil, where do your children play ?

Si pour lutter contre le deal, on doit couper les arbres qui servent de planque, si l’on doit se passer d’aires de jeux pour que les jeunes bruyants ne dérangent plus les voisins, si les bancs ont déjà disparu en raison des clochards, n’allons nous pas devenir une ville-dortoir où des adultes épuisés par le mouvement pendulaire des transports, des vieux blancs comme moi, fossiles d’un autre temps, attendront le sommeil quotidien ou le dernier grand sommeil, mais pendant ce temps, où joueront les enfants, d’Argenteuil ou d’ailleurs ?