Procession à Argenteuil

Si quelqu’un peut m’en dire plus sur cette procession à Argenteuil, je compléterai cet article

Advertisements

A worldwide photograph in Argenteuil

censure

Le journal Têtu a publié cette photo, et j’ignore à la fois le nom de l’auteur, et de la personne photographiée, mais ce cliché qui va peut-être faire le tour du monde, montre bien ce qui s’est passé ce samedi 7 mai à Argenteuil, où les gays et les palestiniens ont défilé ensemble.Cette photo est très proche du dessin que j’avais inséré dans ce blog, quelques jours avant cette manifestation.

censure 03 05 2016

Un dernier verre au Jurassik bar à Argenteuil

Je ne remercierai jamais assez la municipalité de prévoir des activités pour distraire les “vieux blancs” comme moi, et de leur préserver des lieux de loisirs, des restaurants à la française, quelques lieux de francité qui peuvent leur rappeler leur Auvergne natale, ou quelque province perdue. En somme, pouvoir boire un dernier verre au “café de la jeunesse perdue”, au Jurassik bar.

La force d’aimer, de et avec Franck Debeaud

Aujourd’hui, je rends hommage à un talent argenteuillais.
Avant d’être l’adjoint à la culture de la mairie d’Argenteuil, Frnck Debeaud a été réalisateur et acteur. Il a mis en scène, interprété “la force d’aimer” extrait des discours de Martin Luther King.
Espérons que la parole du “King”, imprégnée de culture chrétienne, lui soit bonne conseillère en matière d’approche du droit à la différence et à son expression.

“Son livre « La force d’aimer », écrit en 1963, est un vibrant plaidoyer pour la paix et l’amour entre les hommes. Il nous invite à entrer dans la force de la pensée qui l’a habité pendant ces années éprouvantes de combat, pensée qu’il puise aux sources de sa foi chrétienne.
Le souffle présent dans ce livre, manifesté en action dans sa lutte non violente contre la ségrégation, pour la justice sociale est ce qui nous a inspiré pour l’élaboration de ce spectacle aux différentes formes ; jeu théâtral, danse et chant.
Le souffle d’une parole, le cri d’un homme qui nous interpelle jusque dans l’intimité de notre être.
Frank Debeaud”

et extrait du livre d’or de ce spectacle, le commentaire d’un spectateur.

“«Très émue par cette représentation, les larmes au bord des yeux et du cœur car nous sommes encore aujourd’hui concerné par les injustices de discrimination. Merci pour ce merveilleux moment, vous êtes formidables de vérité et de bonté.»

Je me demande, en lisant tout cela, s’il n’y a pas une interprétation psychanalytique, un acte manqué, par lequel Franck a assuré une promotion extraordinaire pour ces deux films. Les saltimbanques ne disposent que d’une seule force, et il le sait puisqu’il en a été un, c’est la force des medias. Il a permis a des films qui, chacun, à Argenteuil n’aurait accueilli que 100 spectateurs, de bénéficier de toute la puissance de l’appareil médiatique, et de tous les réseaux sociaux. L’inconscient de Franck a fait preuve d’une perspicacité, d’une inventivité et d’un machiavélisme que lui-même doit ignorer. Quel plus cadeau peut-on faire à un film en 2016 que de l’interdire ? cela n’était pas arrivé depuis 1967, c’est une formidable innovation culturelle, que d’interdire un film, et le faire connaître ainsi en France et à l’étranger. Qui a dit que notre mairie ne savait pas faire de promotion des oeuvres de l’esprit : ce coup de maitre sera sans doute enseigné un jour dans toutes les écoles de communication.

C’est sans doute un exploit mondialement notable, que d’avoir permis une manifestation commune entre les gays, et le pro-palestiniens. Si un film israélien avait été aussi interdit, aurait-on assisté à une réconciliation, historique et inattendue lors de cette manifestation ?