Cinéma d’auteur

IMG_20170528_103818_resized_20170528_061138912

Aujourd’hui, il n’y a pas grand monde dans les rues, et le seul café ouvert dans mon quartier est presque vide, mais peut- être est ce lié au début du ramadan.
Il y a un cinéma d’art et d’essai où j’ai pu voir ce (très lent) film japonais. C’est un film sur l’humanité, la poésie. L’explosion des centrales nucléaires nécessite d’évacuer tous les habitants, mais les priorités s’établissent selon le statut, et le personnage principal, une sud-africaine blanche malade qui a du fuir l’après-apartheid avec sa famille, va se retrouver seule avec son androïde qui lui récite le bateau ivre en français. La sens de la poésie va se transmettre de l’humaine à son robot abimé, celle-ci apprenant à travers sa maîtresse.
C’est un privilège qu’un cinéma puisse projeter encore de tels films.
En entrant, je croise le caissier, le projectionniste, et nous sommes rarement plus de trois dans cette salle, parfois je m’y retrouve seul.
Ce cinéma municipal ne répond à aucun modèle économique, on est bien loin de tf1.
Comme l’héroïne du film japonais, j’ai l’impression de faire partie moi-aussi d’un monde qui disparaît.

Advertisements

Published by

Le blog de Jean Trito

un blog sur la lecture, la promenade, l'actualité, le dessin, la photo et la video.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s