Argenteuil, la crue va-t-elle menacer le projet du “domaine des dieux” ?

2016 11 12 cinema argenteuil

Advertisements

La foire des cinglés du cinéma salle Jean Vilar

Chaque année, depuis trente ans, Argenteuil organise une foire au matériel, aux affiches, de cinéma. Cette année, Jean-Pierre Mocky (un cinéaste français) était présent en salle Jean Vilar.

Cette foire a été filmée en video 4k, ou plutôt ultra HD. Il faut donc disposer d’un bon écran pour bénéficier de toute la finesse de l’image.

Pour les défenseurs de la salle Jean Vilar, il s’agit presque d’images nostalgiques, car cette salle voit ses dernières manifestations, avant la mise en place d’un grand chantier qui verra la construction d’un bâtiment comprenant neuf salles de cinéma, des restaurants, des magasins, ce qui n’est pas sans susciter quelques oppositions dans la ville.

Un projet pour Argenteuil, enfin

Je n’ai pas suivi les associations qui se sont élevées contre le projet de la mairie, en bord de Seine. Je me vois mal défendre la vieille salle Jean Vilar, dont il est manifeste qu’elle doit être ou aménagée ou remplacée, je n’y vois pas de patrimoine historique à conserver à tout prix, et ce qui me désespère, c’est davantage l’absence de projet depuis des années , que le lancement d’un centre dont il est difficile a priori de savoir si ce sera un succès, ou un échec. Sera-ce un bien inattendu, qui répondait à une demande largement perceptible d’espace vert dans une ville où ils manquaient cruellement ?

Là, c’est un peu l’inverse, il s’agit de bétonner, et les associations froncent les sourcils. Mais ne faut-il pas aussi construire, pour créer des lieux de vie. Le problème de la ville, c’est que les classes moyennes ont cessé d’acheter, notamment des meubles, des vêtements, et des prestations culturelles, comme le restaurant. D’une certaine manière, je fais partie de ces classes là : je travaille à Paris, une partie de mes achats y sont effectués, notamment en vêtements (autrefois, il y avait de meilleurs magasins dans la ville, qui tous, ont fini par disparaître), une partie de ma vie est aussi en région Rhöne-Alpes-Auvergne, et je dors à Argenteuil, où je vote aussi. Dormir, voter, deux choses pas si contradictoires. Au contraire des dirigeants de la ville, qui pour la plupart se sont installés aux coteaux, un quartier de pavillons, pas assez urbain à mon goût de parisien, habitué aux cafés animés, aux librairies, aux lieux de vie.

Argenteuil est une ville pauvre, dont l’essentiel de la population est composée d’émigrés, qui ne votent pas, il reste un noyau d’adeptes du devoir civique, qui renvoie régulièrement tous les maires élus à leurs chères études. La population, dont une grande partie est logée en hlm, qui ne paie pas d’impôts, qui ne vote pas, qu’en pense-t-elle au fond ?

Je suis donc paradoxalement, plutôt pour ce projet, même si l’on peut aussi dénoncer une démission au profit du privé, dont on n’est jamais bien certain qu’il assume ses responsabilités. Mais il faut essayer de parier sur l’avenir et se lancer dans des projets, j’en suis à un point, où la ville me semblant être tombée dans une trappe extra-temporelle, loin du monde, a besoin d’une secousse, de changement, de renouvellement, d’attirer des classes moyennes plus dynamiques. L’immobilier est deux fois moins cher à Argenteuil que de l’autre côté de la Seine, à Colombes. Dans un pays vieillissant, où les jeunes ont tant de mal à accéder à l’emploi et au logement, ne devrions-nous pas être un point d’attraction pour de jeunes urbains, qui viendrait secouer nos vieilles lunes, nos obscurantismes, et donner un peu de vie à la ville.

 

 

 

 

 

Le scooter rose rouillé d’Argenteuil

P1030230

 

C’est un scooter rose, qui rouille devant les ruines moyenâgeuses d’une chapelle du XIème siècle. Les riverains ont essayé de le faire enlever, mais la police a indiqué qu’elle ne pouvait rien faire du fait qu’il était attaché. C’est une ruine comme une autre après tout.

Sarkozy trahi

Les marches de notre trésor national, la chapelle Saint-Jean, se recouvrent de suie, mais le maire d’Argenteuil ne veut pas les passer au Karcher pour leur rendre leur lustre. Je n’ai pas compris ses raisons, mais je me souviens que le leader de son parti (qui ne l’avait pas invité au discours, il faut le reconnaître), avait promis aux habitants de la ville de tout nettoyer au Karcher. Et bien, il serait temps que cette promesse soit réalisée, du moins pour notre monument historique qui connut les amours tumultueuses d’Abélard et Héloïse.