Nous sommes Charlie : le 19 mai

Gardons l’esprit Charlie : la manif contre la réforme NVB, c’est le 19 mai, et j’espère que, cette fois là, ma ville enverra un peu plus qu’un habitant sur 1 000 à la manif.

Advertisements

Le mauvais niveau scolaire de la région parisienne

carte scolaire09052015 Spontanément, j’aurais répondu que le niveau scolaire en Ile-de-France était meilleur qu’ailleurs, à écouter ce que la première région de France dit d’elle-même.Pourtant, lorsque j’ai consulté la performance des lycées affichée par les hebdomadaires, je me suis rendu compte que le meilleur lycée d’Argenteuil était à peine au niveau du plus mauvais lycée stéphanois, ou de la Loire, et que ce dernier département était largement battu par la Haute-loire, département rural et catholique, présenté quasiment comme un archaïsme.

J’ai aussi vu paraitre des études montrant que le niveau scolaire stéphanois était au-dessus du niveau de Paris intra muros. Tous ces paradoxes ne semblent avoir été notés par quiconque, et de toute façon, l’image de la région parisienne n’a pas été modifiée par ces études, bien que l’on doive constater que ses “grands hommes”, et une grande partie des travailleurs intellectuels viennent d’ailleurs. Ouvrant le livre de Todd, je tombe sur cette carte de France de l’échec scolaire, d’où les enfants émigrés récents ont été retirés pour ne pas trop biaiser les résultats, et c’est un choc : la Loire et la Haute-loire sont dans le haut du panier, et la région parisienne se situe au fin fond de l’enfer scolaire. Todd attribue ces différences au vieux fond catholique (qu’il qualifie du doux nom de “catholique zombie”, c’est à dire que la religion n’est plus pratiquée, mais son fonds culturel demeure), qui préserve la famille, les solidarités, et permet ainsi une plus grande réussite scolaire.

La thèse de Todd, c’est qu’ont manifesté uniquement les classes moyennes et supérieures, et plutôt les régions d’origine catholique, dans une sorte de consensus excluant les autres groupes. Il essaie d’expliquer un phénomène qui m’a un peu stupéfait : à Saint-Etienne, 60 000 personnes ont manifesté, à Argenteuil une centaine environ. En région stéphanoise, les commerçants arboraient le badge “je suis Charlie”, il aurait été incongru et impensable que quelqu’un l’affiche ici, en banlieue.

Disputes sur les ardoises entre le maire et l’ex-maire

mothron07052015

On trouve très peu de dessins humoristiques sur les élus locaux, les miens ont l’immense chance de m’avoir moi dans leur ville.

C’est une illustration humoristique de l’ambiance dans la ville, entre l’actuel et l’ex-maire.

Le maire actuel se plaint de la situation financière de la ville, et a recruté un cost killer, qui a rapidement fait le constat suivant : le feu d’artifice, c’est de l’argent qui part en fumée, et les piscines de la ville sont pleines d’eau chaude, qui coûte très cher : d’où deux décisions évidentes, supprimer le 14 juillet, et vider les piscines.

Peut-on continuer à caricaturer la vie politique à Argenteuil ?

Si la politique nationale fait l’objet de nombreuses caricatures, la politique locale, à Argenteuil, fait l’objet d’un sérieux oubli. J’ai essayé de combler ce vide, mais aujourd’hui je m’interroge, ne vais-je pas déclencher un jour l’ire des partisans des élus locaux, n’est-il pas dangereux de dessiner les édiles : on ne sait jamais ?