Aveuglement

Je lis ce que tweetent les élus locaux d’Argenteuil, notamment sur la crise des gilets jaunes, et je suis effaré par leur aveuglement devant cette crise sociale.

Ce ne sont que propos rapportés, moralisateurs, pour dénoncer le mouvement, sans aucune analyse crédible de la société française en arrière-plan.

Après coup, je me dis que c’est une position rationnelle, car les gilets jaunes représentent plutôt la France profonde, que les banlieues dont ils sont les élus

Les gilets  jaunes sont des gens qui ont peu obtenus de l’Etat, qui sont chargés de dettes pour l’achat de leur résidence principale, ont fui les villes, travaillent en voiture  et voient les services publics être retirés de leur lieux retirés pour des raisons d’optimisation. Les électeurs des banlieues sont dans la situation inverse, dans le centre-ville d’Argenteuil, une très forte proportion de la population est logée en hlm, donc grâce à la collectivité, on ouvre de nombreuses classes, et la population  bénéficie de plus d’aides publiques que les gilets jaunes. Le “bondy blog” ne s’y est pas trompé, qui a condamné le mouvement social en comprenant très vite qu’il était antinomique de l’intérêt des banlieues. Ce qui explique aussi que les élus de la ville ne dispose pas des outils leur permettant de comprendre le mouvement

Advertisements

Ce qui reste d’autolib

    dav

Un Hubert Robert moderne pourrait-il peindre certaines ruines modernes, envahies par des herbes symboliques, en suggérant ce qu’elles furent
Ce fut presque un service public, sauf que les bénéfices devaient aller au public mais dont on réalise que les pertes vont retourner au public. Son promoteur a été tres discret sur son action antérieure en Afrique, où il avait acquis de grands ports, dans unr visée stratégique, mais s’était tourné vers l’Etat africain lorsqu’il s’était agi de les desenvaser. Était-ce le schéma type dune manière d’opérer ?
Il y a de quoi être inquiet à l’heure où les villes lancent des partenariats public-privé dont on se demande ce qu’il adviendra en cas de difficulté. Dans un premier temps, le privé “apporte” des fonds qu’il emprunte, ce que la collectivité pourrait aussi faire, mais qui paie en cas de faillite ?
Au debut des annees 80, on dénonçait ce type de dispositif, fort de l’expérience des 20 annees précédentes avec le gaullisme immobilier. Comment expliquer ce retour en grâce de l’économie mixte, sinon par une perte de mémoire.