Fracture administrative

Sommes-nous égaux pour les démarches administratives selon notre adresse ? Ce sont les notations du quotidien qui nous informent sur ce point, bien plus que les articles des journaux. Ainsi, dans notre ville, obtenir un passeport prend trois mois, le premier rendez-vous demandant 2 mois, tandis que d’autres communes plus favorisées accomplissent ces formalités en quelques jours. Est-ce que cela tient à une forte demande, à des moyens administratifs plus réduits ? Je ne suis pas capable de l’analyser, mais cela relève dune fracture territoriale.

Jean Vilar, ce qui va disparaître

Il est parfois important de photographier ce qui va disparaître, pour en garder une trace. Un complexe commercial, cinématographique et de logement devrait être construit sur l’emplacement de la salle Jean Vilar actuelle, mais ce projet est contesté. Est-ce que cette construction, qui est assurée par le privé en “partenariat” sera une réussite, et une source de dynamisme pour la ville, ou est-ce qu’elle se terminera comme autolib,où les pertes de l’entreprise Bolloré ont été transférées au public ? J’ai une préférence pour un projet réussi, qui tirerait la ville vers le haut, mais ce n’est qu’un pari, et vais-je un jour rejoindre les pessimistes ?.

Voici en tout cas l’endroit, avec ses arbres anciens, et les salles municipales qui, à l’avenir n’appartiendront plus à la ville, mais seront louées à une entreprise un certain nombre de jours par an.

Communication non ciblée

Je suis passé devant cette affiche ce matin, et quelque chose d’ineffable, d’insaisissable m’a intrigué. J’ai mis longtemps à comprendre : mais qui a pu penser une telle communication, car les habitants qui bénéficieront d’une baisse n’ont pas voté pour elle, son électorat, le petit nombre d’inscrits qui lui a permis de passer figure plutôt dans les 20 %, de gens des classes moyennes qui ont voté Macron. Elle a obtenu 9 909 voix sur 53 858 inscrits, soit tout à fait les 20% cités par l’affiche, et qui ne bénéficient pas de la baisse.  Est-ce que les communicants y ont pensé, se sont-ils posé la question de la cible de ce message, fallait-il vraiment retourner le couteau dans la plaie ? Comment une ville aussi pauvre qu’Argenteuil va-t-elle pouvoir se financier, après cette baisse imposée de ses recettes et une encore moindre participation de ses habitants au financement de leur commune. Certaines communication posent question, si elles sont indifférentes aux gens hors cible, et rappellent leur situation de seuls contributeurs aux gens compris dans la cible ? Dpi26KgWwAAiWKO.jpg large

Argenteuil, le carnaval 2018

Ce 2 juin avait lieu le carnaval d’Argenteuil, grâce à la participation d’une multitude d’associations. Toujours pas de barrières, une foule, qui pour être à distance de portable se rapproche dangereusement des chars, et une belle manifestation, dans une ville qui souffre de sa mauvaises image.

Le carnaval est revenu à Argenteuil, qui en raison de difficultés financières, avait connu peu de fêtes depuis 4 ans.
C’est un moment très suivi, au début de l’été, avec la participation des associations, et des multiples communautés de la ville.

En général, cette video qui combe un manque, car si le spectacle croule sous les images prises par portable, il en ressort peu de choses sur le net, et ma video est en général la seule à subsister de cette manifestation.

J’epsère que vous aimerez ce moment, pour le vivre ou le revivre.

Mai des artistes à Argenteuil, duo de mandolines

 

Argenteuil renoue avec la fête, on voit ainsi réapparaitre des évènements culturels, après des années d’abstinence. Le Carnaval est prévu pour le 2 juin, le feu d’artifice pour le 14 juillet, et la fête des artistes de mai permet aux habitants de visiter des ateliers d’artiste. Le jardin d’Héloïse, un lieu historique presque sous-valorisé a vu ainsi une série de concerts mettant en valeur la mandoline, un instrument pas si connu et entendu. Ce duo a joué des oeuvres d’Emanuele Barbella, Hans Gal et Marc Kowalczyk.