Le jardin d’Héloïse

On peut prendre des photos de ce jardin en toutes saisons, il est toujours changeant, toujours renouvelé, même s’il n’est pas immense, comme ce jardin d’une nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe, dans lequel on se perdait, et qui devenait immense une fois que l’on y pénétrait.

Le jardin d’Héloïse à la fin de l’hiver

Grâce au jardinier qui est chargé de son entretien, le jardin d’Héloïse est constamment changeant, au fil des saisons, et des jours, et cela permet au photographe de venir et revenir, pour y trouver des images toujours renouvelées.