Grand changement de programme

Je suis passé place Georges Braque, je me souviens que Doucet, l’ancien maire, devait en faire une belle place, il semble qu’il y a eu un changement de paradigme, Mothron, le nouveau maire, en a fait une autoroute, on est passé du culte du piéton à celui de l’automobile.

Advertisements

11,6% des voix et les macronistes sont en finale

La candidate macroniste arrivée en tête avec 29% des suffrages exprimés, n’a recueilli, compte tenu des 60% d’abstention que 29% x 40% = 11,6% des voix des inscrits. Imagine-t-on qu’elle peut être élue au second tour avec 20% des voix au plus ?

Le candidat de la mairie a lui recueilli 14% x 40% = 5,6% des voix des inscrits.

Le candidat socialiste est à 19%x40%=7,6%.

Nous sommes une ville qui ne vote pas, et nos résultats sont ainsi chaotiques : aucun maire sortant n’a été réélu depuis 1989, et souvent avec 20% des voix.

Cette faible participation n’a t-elle pas quelque chose d’accablant, même si la participation aux présidentielles est bonne, comme si c’était la seule qui présentait un enjeu pour les gens, et que le reste fasse l’objet d’un grand désintérêt.

Les commentateurs s’interrogeaient sur les chances de Macron, dont ils estimaient son électorat à 20%, compte tenu de ses thèmes économiques, et ils avaient raison, puisqu’il va disposer d’une assemblée élue sur sa vraie base électorale de 20%. Lors d’autres élections, il y avait un mouvement actif de vote en faveur d’un parti, c’est la première fois qu’un candidat est élu à la suite d’une démission, d’un retrait du peuple, d’un vote par absence.

 

 

 

 

Un vieil homme du XXème siècle

La préparation des législatives bat son plein à Argenteuil, jamais l’on n’a vu autant de fanions, même le front national ose tracter devant la gare. La gauche présente trois candidats, un communiste, un insoumis, et un socialiste.

J’ai été pris d’une sorte de malaise en constatant que seules les militantes du parti socialiste n’allaient pas tête-nue comme dans les autres partis, mais étaient voilées. Certes, le voile n’est pas interdit, mais il y a des symboles qui comptent, et que le principal parti progressiste ait choisi ce symbole-là n’est pas neutre. Je suis un vieil homme né au XXème siècle, qui sachant à peine lire se plaignait déjà de l’obscurantisme des religions, d’un esprit qui hantait encore la France de ce milieu du XXème siècle, alors que la science était en train de dépoussiérer tout cela, et que l’on croyait d’ailleurs davantage en la science qu’en notre temps actuel. Avec raison, certaines matières se font passer pour des sciences, qui semblent plutôt relever de l’astrologie, comme l’économie, qui voile de mathématiques ce qui est valeurs et vision du monde et de la société.

Pourquoi ce malaise, ne vivons-nous pas dans un monde où les valeurs, même incompatibles, sont respectées ? c’est l’impression que l’on manipule des sentiments identitaires, qui n’ont rien d’universel, qui sont même aux antipodes de la culture française classique, telle que je l’ai connue durant des décennies, faite de cartésianisme, de progressisme. Comment le candidat va-t-il expliquer dans une même phrase “en même temps”, qu’il soutient les entrepreneurs identitaires, la soumission de la femme, et l’égalité femmes-hommes ? on ne peut tenir une ligne politique sans courage, sans imposer un minimum, même à ses modestes militants, et que tout n’est pas possible.

On va me dire que l’on doit être tolérant à tout, car il s’agit de privilégier le vivre-ensemble, que des paroles qui auraient paru anodines dans mon enfance, ne peuvent plus être dites, que les temps ont changé, mais a-t-on encore le droit de critiquer la religion, que vient faire la religion dans la vitrine d’un parti progressiste ?

I am not your negro à Argenteuil

C’est d’abord un texte inachevé de James Baldwin, écrivain noir et homosexuel, victime ainsi d’un double bannissement, qui écrit sur le mouvement des droits civiques des années 60, et sur la mort de ses amis, Martin Luther King et Malcolm X. C’est donc tout d’abord une œuvre littéraire, illustrée d’extraits documentaires de l’époque, et de notre époque pour montrer que les problèmes demeurent.

James Baldwin est d’ailleurs parti en France, où il est mort à Saint-Paul de Vence en 1987. Dans d’autres reportages, on  le montre reconnaissant à notre pays pour son absence de racisme, mais le documentaire de Raoul Peck n’a pas abordé ces 17 ans de sa vie.

Le bondy blog a organisé cette soirée, souhaitant faire un parallèle avec la situation en banlieue, la discrimination, les violences policières, demande à laquelle le public n’a pas adhéré.

James Baldwin a une écriture fine, il faudrait presque se repasser ses paroles pour en saisir la portée universelle, qui va au-delà de son époque, et il écrit dans un contexte de lois raciales qui a déjà 50 ans. A un moment, Robert Kennedy explique qu’il pourrait très bien y avoir un président noir d’ici quarante ans, ce qui fait l’objet d’un commentaire, disant que c’est une forme de condescendance, pourquoi pas maintenant.

 

 

 

 

 

 

Argenteuil insoumise

Christophe Guilly a eu la formule suivante, le petit blanc vote Le Pen, le petit beur vote Mélenchon.

Il semble que ce soit très vrai pour notre ville, où les insoumis sont arrivés en tête au premier tour avec 34% des suffrages, et des pointes à 46% dans certains quartiers.

Compte tenu que le député sortant pense mieux s’en sortir chez Macron, tandis qu’une grande part des électeurs va essayer d’échapper à la “modernisation sociale”, et risque de voir une occasion de poursuivre la lancée du 1er tour, il n’est pas exclu qu’un insoumis représente notre ville.

 

 

 

 

 

Il n’est p