ville lovecraftienne

Il serait temps de trouver un peu de dynamisme. Je rencontre des habitants désespérés, qui constatent que le centre-ville s’étiole, que l’immobilier s’effondre : on voit affichés des prix fantaisistes entre 2 000 et 3000 euros le m², tandis que la réalité du marché est à peine à 1 000 euros, et en attendant longtemps. Les agences immobilières expliquent que les biens sont invendables. Je ne suis pas agent immobilier, mais c’est est un sacré “indicateur” issu du monde réel qui montre où l’on en est réellement. Cette descente aux enfers rappelle le pire des anciennes cités industrielles, et pourtant nous sommes à proximité de Paris et même de la défense si l’on obtenait la prolongation de la ligne de tramway qui semble aller de soi, et dont on ne sait ce qui en bloque le développement. Il n’y a aucune retombée à figurer dans le “grand pari”, je vois les classes moyennes s’enfuir littéralement, et ne rester que les prisonniers de leurs contraintes immobilières ou familiales. Une étrange couleur tombée du ciel semble s’être posée sur la ville, et l’engloutir peu à peu.

Advertisements

Censure artistique

J’ai trouvé cet article sur wordpress, d’une peintre qui a été censurée par la mairie d’Argenteuil,

” à propos de ces œuvres, « On évite totalement les écritures avec le Coran….et les nus à caractère plus sexuel ou plus violent. Pour les autres ça devrait aller« . Le « devrait » est assez piquant en fait car il induit qu’il faut se mettre à la place du public et anticiper ses réactions. Donc ça devrait aller mais peut-être que ça sera la merde totale.”

“m’a donc proposé une alternative pour exposer les œuvres qui posent problème… *roulement de tambour* « Si vous le souhaitez il n’est pas impossible de « privatiser » dans la rotonde un espace réservé, derrière un rideau par exemple qu’il vous faudrait apporter et installer ( nous n’en avons pas…)« . Si l’attention est louable, le résultat est assez stupide. Mon exposition va ressembler à un vieux sexshop proche de Pigalle, avec un gros logo – 18 sur un rideau glauque.”

Le jardin d’Héloïse, avril 2018

Je ne me lasse pas de prendre en photo ce jardin extraordinaire, qui à l’instar de celui d’une nouvelle de Edgar Allan Poe, devient plus grand à mesure qu’on s’y balade. Il n’a pas encore atteint sa plénitude, mais il est déjà agréable dans sa promesse. Comment ne valorise-t-on pas plus un tel lieu, où Héloïse et Abélard ont conçu leur fils Astrolabe (une bière argenteuillaise porte son nom), tandis que la moindre gargotte de Bretagne se rattache à l’un des personnages de la légende du roi Arthur ? il faut dire que cette histoire est aujourd’hui bien oubliée, et qu’il n’y a personne pour la porter. Le cinéaste Kechiche a un projet d’histoire tournant autour d’Héloïse, Jean Teulé en a fait une sorte de virago, mais j’imagine bien une histoire où, comme dans “la maitresse du lieutenant français”, le passé et le présent se répondrait. Il faut redonner de l’actualité et de la fraîcheur au moyen-âge, et pouvoir lui redonner toute sa modernitté.

Un vieil homme du XXème siècle

La préparation des législatives bat son plein à Argenteuil, jamais l’on n’a vu autant de fanions, même le front national ose tracter devant la gare. La gauche présente trois candidats, un communiste, un insoumis, et un socialiste.

J’ai été pris d’une sorte de malaise en constatant que seules les militantes du parti socialiste n’allaient pas tête-nue comme dans les autres partis, mais étaient voilées. Certes, le voile n’est pas interdit, mais il y a des symboles qui comptent, et que le principal parti progressiste ait choisi ce symbole-là n’est pas neutre. Je suis un vieil homme né au XXème siècle, qui sachant à peine lire se plaignait déjà de l’obscurantisme des religions, d’un esprit qui hantait encore la France de ce milieu du XXème siècle, alors que la science était en train de dépoussiérer tout cela, et que l’on croyait d’ailleurs davantage en la science qu’en notre temps actuel. Avec raison, certaines matières se font passer pour des sciences, qui semblent plutôt relever de l’astrologie, comme l’économie, qui voile de mathématiques ce qui est valeurs et vision du monde et de la société.

Pourquoi ce malaise, ne vivons-nous pas dans un monde où les valeurs, même incompatibles, sont respectées ? c’est l’impression que l’on manipule des sentiments identitaires, qui n’ont rien d’universel, qui sont même aux antipodes de la culture française classique, telle que je l’ai connue durant des décennies, faite de cartésianisme, de progressisme. Comment le candidat va-t-il expliquer dans une même phrase “en même temps”, qu’il soutient les entrepreneurs identitaires, la soumission de la femme, et l’égalité femmes-hommes ? on ne peut tenir une ligne politique sans courage, sans imposer un minimum, même à ses modestes militants, et que tout n’est pas possible.

On va me dire que l’on doit être tolérant à tout, car il s’agit de privilégier le vivre-ensemble, que des paroles qui auraient paru anodines dans mon enfance, ne peuvent plus être dites, que les temps ont changé, mais a-t-on encore le droit de critiquer la religion, que vient faire la religion dans la vitrine d’un parti progressiste ?