En haut d’Orgemont, le carrousel

Advertisements

La tombe du père de Mirabeau à Argenteuil

 

 

dav

Elle est située derrière la basilique Saint-Denis

Des piscines pour Argenteuil

FB_IMG_1534352531141

 

C’est une idée de l’élu municipal Frédéric Lefebvre-Naré, que d’utiliser les terrains libres pour une seconde piscine, qui serait bien utile notamment pour ses raisons pédagogiques. A-t-on une idée du nombre d’enfants qui ne savent pas nager à Argenteuil ? Il ne suffit pas de construire, encore faut-il que l’endroit demeure vivable, et notamment dans une zone d’habitat dense qui ne souffre pas de l’étalement urbain. Les parcs, les infrastructures, les services publics ne sont pas un luxe, dans une ville qui souffre de certaines insuffisances. Les piscines, un vieux débat dans notre ville, j’ai ressorti cette vieille illustration.

Argenteuil au bord de la Seine en Automne

Peut-on photographie le banal, ce que personne ne photographie ici ? Je ne vois jamais de photographes dans les rues, et ils sont suspects pour la population, comme si seule la police ou ses indics prenaient des photos. L’automne est la saison des brumes, du gris, de la pluie, du froid qui vous empêche de manier les petits boutons des compacts et autres appareils miniatures. Le ciel, la Seine, les murs ont les mêmes couleurs, et c’est la photo monochrome qui le rend le plus, parce qu’elle élimine l’anecdote de la couleur, pour la remplacer par le dessin et la structure de l’image.

Sur le chemin j’ai voulu aussi ramener des images de la rue Barbusse, des images banales de banlieue, que peu de gens filment, ou photographient, mais dont l’intérêt réside dans le vide des rues, les courbes élégantes des nouveaux immeubles, qui se marient avec les arrondis de la route au tracé sans doute très ancien, un des lieux que Monet a peint voici plus d’un siècle. Je n’ai pas su en trouver l’angle, comment voir ce qu’il y a d’unique dans un coin de ces vastes banlieues que personne ne visite, sauf des passants pressés par des choses utiles.