Argenteuil, le jardin d’Heloïse au 1er avril

Le jard’in d’Héloïse semble en retard cette année, ou ce n’est qu’une impression. On y croise peu de monde, lieu mythique et ignoré.

Advertisements

Sculptures et art urbain à Argenteuil

Quelques oeuvres d’art exposées dans la ville d’Argenteuil, devant lesquelles on passe sans les reconnaître, ou y prêter attention.

La scumpture d4antoine Rohal en hommage à Gabriel Peri, la céramique d’Ernest Pitnon, la statue de l’esclavage de William Castano devant l’école de musique, et un peu d’architecture, moderne et ancienne.

Lumières graphiques sur le jardin d’Heloise

Un ciel très bleu rend les paysages graphiques, parce qu’il détache les contours. La lumière se colore en traversant les végétaux. Cette transparence est pour moi l’image de l’été.

Argenteuil, le jardin d’Héloïse en juin

Le jardin d’Héloïse change de saisons en saisons, et même de semaines en semaines, tant la floraison est variée, et s’étale dans le temps. C’est un lieu de rêve pour venir y lire, compte tenu de son calme, de son aspect patrimonial. Une exposition de photos y est organisée par le club de photos local, les folles journées de l’image. On peut voir quelques images de ce club.

folles journées de l'image.jpg

Argenteuil, images de mai

P1050476P1050478P1050577P1050578P1050556

Quelques images d’Argenteuil, dont celle de ce scooter rose abandonné qui rouille à côté de la chapelle romane, celle de cette image de la honte, des ordures déposées dans un vieux puits du temps d’Abélard et Héloïse. Et puis le retour de la fête des berges, avec cette promenade en bateau à aubes au long de ces berges condamnées pour le public. Le ciel nuageux est aussi impressionniste que du temps de Claude Monet, et la Seine est (presque) la même.