Lumières graphiques sur le jardin d’Heloise

Un ciel très bleu rend les paysages graphiques, parce qu’il détache les contours. La lumière se colore en traversant les végétaux. Cette transparence est pour moi l’image de l’été.

Advertisements

Argenteuil, le jardin d’Héloïse en juin

Le jardin d’Héloïse change de saisons en saisons, et même de semaines en semaines, tant la floraison est variée, et s’étale dans le temps. C’est un lieu de rêve pour venir y lire, compte tenu de son calme, de son aspect patrimonial. Une exposition de photos y est organisée par le club de photos local, les folles journées de l’image. On peut voir quelques images de ce club.

folles journées de l'image.jpg

Argenteuil, images de mai

P1050476P1050478P1050577P1050578P1050556

Quelques images d’Argenteuil, dont celle de ce scooter rose abandonné qui rouille à côté de la chapelle romane, celle de cette image de la honte, des ordures déposées dans un vieux puits du temps d’Abélard et Héloïse. Et puis le retour de la fête des berges, avec cette promenade en bateau à aubes au long de ces berges condamnées pour le public. Le ciel nuageux est aussi impressionniste que du temps de Claude Monet, et la Seine est (presque) la même.

Le jardin d’Héloïse, avril 2018

Je ne me lasse pas de prendre en photo ce jardin extraordinaire, qui à l’instar de celui d’une nouvelle de Edgar Allan Poe, devient plus grand à mesure qu’on s’y balade. Il n’a pas encore atteint sa plénitude, mais il est déjà agréable dans sa promesse. Comment ne valorise-t-on pas plus un tel lieu, où Héloïse et Abélard ont conçu leur fils Astrolabe (une bière argenteuillaise porte son nom), tandis que la moindre gargotte de Bretagne se rattache à l’un des personnages de la légende du roi Arthur ? il faut dire que cette histoire est aujourd’hui bien oubliée, et qu’il n’y a personne pour la porter. Le cinéaste Kechiche a un projet d’histoire tournant autour d’Héloïse, Jean Teulé en a fait une sorte de virago, mais j’imagine bien une histoire où, comme dans “la maitresse du lieutenant français”, le passé et le présent se répondrait. Il faut redonner de l’actualité et de la fraîcheur au moyen-âge, et pouvoir lui redonner toute sa modernitté.